Volkswagen Magazine

VIVRE MIEUX

relax, baby !

Nuits chaotiques, maîtres nerveux, chiens stressés ? Ce n’est pas une fatalité. Quelques mesures suffisent pour que tout le monde cohabite harmonieusement en voiture et en vacances. On respire bien à fond, c’est parti.

Texte Sabrina Künz
Photos Cem Guenes
Illustrations KircherBurkhardt Infografik

Accepteriez-vous qu’un éléphant voyage avec vous sans mettre sa ceinture ?

Bon, d’accord, l’exemple est un peu tiré par les cheveux. Alors prenons un chargement de pieux non arrimés. Qu’en dites-vous ? Un coup de frein, et les pieux transpercent toute la famille – l’idée suffit à vous faire allègrement recourir à quelques sangles de sécurité. Mais quand il s’agit d’un chien, on est moins regardant : hop, en voiture tout le monde, et plus personne n’y pense. Pourtant, un freinage sévère à 50 km/h transforme votre duveteux colley de 25 kg en projectile de 1 250 kg. En petit éléphant, quoi.
Vous l’aurez compris : en voiture, il est indispensable d’attacher son chien. Même pour un court trajet. Même si vous êtes pressé. Plusieurs systèmes existent : le filet ou la grille, des boxes de transport fixes ou amovibles, ou la ceinture, en fonction du tempérament et du volume de l’animal, mais aussi du type de véhicule. Pendant le voyage, votre chien doit pouvoir respirer. Aucun membre de la famille ne peut voyager coincé dans le coffre entre deux valises ! De nombreux toutous détestent perdre de vue leur famille, d’autres ont mal au cœur à cause du paysage qui défile.
Le goût de votre chien pour les trajets en voiture est une question d’habitude. Pour bon nombre d’entre eux, le voyage en soi ne pose aucun problème, explique Julia Neuen, psychologue et éducatrice canine. Mais certains refusent catégoriquement de monter dans la voiture. Pour l’éviter, l’éducatrice recommande d’habituer les chiots dès leur plus jeune âge à la voiture, de faire de petits trajets avec eux pour que cette expérience s’inscrive dans leur quotidien. D’ailleurs, les éleveurs familiarisent souvent les petits avec la voiture et les cages.

Mais même si Médor était déjà grand quand vous l’avez eu, ou s’il a de mauvais souvenirs de la voiture, rien ne l’empêche de réviser son jugement. « Les chiens vivent dans l’instant présent. N’importe quel chien peut apprendre à ne plus considérer la voiture comme quelque chose de négatif », dit Julia Neuen. L’important est de ne pas en faire toute une histoire et de prendre son temps, pour ne pas susciter de nervosité ni d’excitation. Les animaux craintifs, notamment, doivent apprivoiser tout doucement la voiture. On les fait monter, on les laisse flairer partout, et on attend qu’ils se détendent, puis on les félicite, et tout le monde descend ! On recommencera plusieurs fois, ce qui demande patience et persévérance. Avoir sa place bien à soi dans la voiture rassure.

Bien assimilée, la cage de transport peut être bien plus qu’un mal nécessaire. Nombreux sont les chiens à se sentir si bien dans leur caisse qu’ils s’en servent aussi de lit, à la maison ou en voyage. Une façon simple d’avoir son chez-soi toujours à portée de patte et de pouvoir s’isoler au calme.

 

Dr Dog et Mister Hyde.


Dès que l’on se penche sur le thème du chien en voiture, on tombe sur d’innombrables avis, conseils bien intentionnés et prétendus tabous. Ne vous laissez pas impressionner, surtout si vous n’avez encore jamais entrepris de long voyage en voiture avec votre chien, conseille Julia Neuen. Vous n’allez pas voir votre ami à quatre pattes, que vous connaissez bien et qui vous fait confiance, se transformer subitement en mystérieuse créature aux réactions imprévisibles. Fiez-vous à votre intuition pour tout ce qui concerne l’alimentation avant le départ, les pauses à faire, etc. L’essentiel, c’est que le maître ou la maîtresse soit détendu(e). Si vous êtes au bord de la crise de nerfs, tous vos passagers risquent fort de l’être aussi.

Accessoires Volkswagen

La grille de séparation protège en cas de freinage brusque. Elle sépare le coffre de l’espace passagers, entre le dossier de la banquette et le plafond. Ses barres d’acier se fixent facilement, sans perçage, derrière la banquette arrière. Pour les petits chiens, le séparateur permet en outre de cloisonner le coffre.

Le bac de coffre peut être associé aux deux autres accessoires. Il est lavable, antidérapant et confortable. Vous pouvez aussi opter pour le tapis de coffre réversible en velours et plastique, aussi doux que solide. Contre les griffures, le tapis antigriffes est parfait : transparent, il s’attache simplement sur le dessus du pare-chocs arrière.

Le pare-soleil pour la vitre arrière et les vitres latérales du coffre, protège de la lumière et de la chaleur. Il s’installe et se retire facilement et préserve la visibilité arrière.

bientôt les vacances.


Un voyage ensemble, ça se prépare. Il est fondamental de se renseigner suffisamment tôt sur la destination. Quelles sont les activités à faire pour les humains et les chiens ? Faudra-t-il le tenir en laisse ? La muselière est-elle obligatoire ? Dans de nombreux pays d’Europe, c’est le cas. Pour partir à l’étranger, demandez en temps voulu à votre vétérinaire si des vaccins s’imposent, et quels médicaments vous devez emporter. Pour les voyages à l’intérieur de l’UE, les chiens doivent être munis d’un passeport pour animaux de compagnie et de la preuve qu’il s’agit bien du leur : l’animal doit être identifié par tatouage ou micropuce, et le numéro doit figurer dans le passeport. Depuis 2011, la micropuce est l’outil d’identification obligatoire. Le passeport doit comporter des indications sur l’animal et son maître, et la preuve qu’il est vacciné contre la rage. Les conditions d’entrée propres à chaque pays sont disponibles auprès des consulats. Ensuite, il importe avant tout de trouver une destination qui plaise à tous. Mais pas de panique : les chiens sont très liés à leurs maîtres. Si ceux qu’ils aiment sont réunis, les vacances ne peuvent être que réussies. Un conseil : des vacances actives à la mer, en forêt ou à la montagne, c’est le pied pour Médor. Si ce genre d’aventures l’attend au bout du trajet, alors la route lui laissera de bons souvenirs aussi.

La grille de séparation entre l’espace passagers et le coffre empêche le chien d’être projeté vers l’avant en cas de freinage brusque. Les grilles protègent tous les occupants du véhicule et sont pratiques, car elles rendent l’utilisation d’une caisse superflue. Leur inconvénient : elles protègent surtout les personnes. Il faut veiller à ne laisser traîner aucun objet susceptible de blesser le chien. À l’achat, assurez-vous que votre chien ne peut pas se faufiler sur les côtés.

Les caisses de transport sont très appréciées. On distingue les caisses fixes des caisses amovibles. Les premières sont faites aux dimensions de votre voiture. Si vous avez deux chiens, ou si vous vous déplacez fréquemment avec votre animal, c’est une solution très sûre et confortable. L’inconvénient, c’est que si vous voyagez sans eux, elles bloquent le coffre. Les cages transportables sont pratiques, mobiles et sûres si elles sont solidement montées. Il faut à tout prix choisir la bonne taille pour que votre chien puisse s’y étendre confortablement, et la bonne place : les petites cages se logent par terre, entre la banquette arrière et les sièges avant. Les versions XL se placent dans le coffre, contre le siège arrière, de préférence dans le sens perpendiculaire à la marche.

c’est parti !


Une petite promenade avant le départ fera du bien à tout le monde. Pensez à mettre dans vos bagages le joujou préféré, la couverture, le panier fétiche, pour ne pas trop dépayser Médor. En été, emportez suffisamment d’eau. Les embouteillages peuvent rallonger le trajet. Pour sauver la bonne humeur, faites suffisamment de pauses : votre chien pourra faire ses besoins, et les autres passagers pourront se dégourdir les jambes. Contre la fatigue et l’ennui, une petite pause ludique est souveraine. Là encore, les chiens ont des exigences différentes : en voiture, ceux de Julia Neuen dorment longtemps et peuvent rester quatre heures à l’arrière sans protester.

L’objet dont l’éducatrice ne peut plus se passer : le chauffage autonome. Il garantit une température agréable pour tous les passagers. Ainsi, en hiver, Julia Neuen peut laisser un moment ses chiens dans la voiture en sachant qu’ils restent bien au chaud. Julia vient d’acheter un Sharan pour sa famille et ses chiens et a déjà hâte de partir à l’aventure avec son petit monde.

Les ceintures On nous le serine dès notre plus jeune âge : une ceinture, ça s’attache. Pourquoi nos amis à quatre pattes échapperaient-ils à la règle ? Pour les chiens aussi, il existe des ceintures de sécurité, avec harnais intégrés, qui se rattachent aux fixations de la banquette arrière. Demandez à un marchand spécialisé quelle ceinture est la plus adaptée au gabarit de votre animal. Le harnais doit être bien rembourré et suffisamment solide. Il doit impérativement être à la bonne taille, ne pas laisser trop de jeu sans pour autant entraver complètement les mouvements de l’animal. Si votre compagnon est très remuant, optez pour un autre système de transport.